GUIDE DE PISTE DE DIRIYAH : Que faut-il pour jouer aux dés dans le désert dans le noir ?

Le circuit urbain de Diriyah est l'un des favoris des pilotes qui empruntent la voie des stands et offrent toujours du spectacle, mais que signifie courir sous les feux de circulation pour les pilotes et comment s'y prendre à plus de 270 km/h dans les rues cahoteuses de la vieille ville, la nuit ?

Diriyah start 2

Le circuit rapide et fluide de 21 virages de 2,49 km borde le magnifique site d'At-Turaif, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, à Ad-Diriyah. La première moitié du tour est composée d'une « piste de bobsleigh » composée de virages ondulés et inclinés rapidement, avec des barrières se dressant à proximité de chaque côté.

Les pilotes l'adorent et il est difficile de croire que 22 d'entre eux y courent côte à côte, à toute vitesse, après l'avoir vu en chair et en os. Un passager à bord de la voiture de sécurité Porsche Taycan a soulevé le couvercle et a montré à notre équipe éditoriale à quel point ces gars doivent être inhumains pour agir ainsi.

CONNECTEZ-VOUS : Où regarder la Formule E où que vous soyez

Outre les ondulations, il y a des virages de tous types, ainsi que de longues lignes droites. Les dépassements sont toujours possibles à Diriyah, la meilleure opportunité se présentant au droitier à 90 degrés au virage 18, juste avant la zone du MODE ATTAQUE, à l'extérieur du 19e.

Le circuit n'est jamais exempt de rebondissements non plus. La voiture de sécurité a fait son apparition dans toutes les rencontres en Arabie Saoudite à ce jour. Bravo, nous ajoutons des tours pour chaque joueur neutralisé sous Full Course Yellow ou avec la Safety Car, alors !

Que signifie le passage à la nuit pour les conducteurs ?

Le stade d'ouverture de la saison en Arabie Saoudite accueille les courses nocturnes de Formule E depuis leur première apparition au Diriyah E-Prix de la saison 7. Au cours de la saison 9, le circuit sera à nouveau éclairé par 22 voitures de Formule E et leurs Halos, ainsi que par la toute dernière technologie LED basse consommation qui entoure le circuit.

Ils réduiront la consommation d'énergie jusqu'à 50 % par rapport aux unités sans LED, et ils seront alimentés par des générateurs de biocarburants issus de sources durables.

Comment les pilotes perçoivent-ils les courses de nuit ?

J'adore courir en Arabie Saoudite, la piste est incroyable », déclare Antonio Felix da Costa, champion de la saison 6. « J'y ai été le premier gagnant de la saison 5 et j'en garde de très bons souvenirs. Nous y allons bien à chaque fois que nous y allons.

« Comme il s'agit d'une course nocturne, vos entraînements et vos qualifications se déroulent le jour, puis vous courez de nuit. Les températures changent, de même que la surface de la piste et le sable qui s'en trouve effacé.

LIRE LA SUITE : Les meilleurs moments de Diriyah

« Vos perceptions changent également au fur et à mesure que les ombres changent. Cela demande un peu d'adaptation et d'entraînement visuel, mais j'adore les différentes variables et cela permet certainement de créer un meilleur spectacle pour les fans. C'est très cool de courir là-bas et agréable à regarder, surtout la nuit. »

« C'est une superbe piste et je l'apprécie beaucoup », déclare Pascal Wehrlein (TAG Heuer Porsche). « C'est un circuit à grande vitesse, ni trop petit, ni trop grand. Il propose tous les types de virages, en montée, en descente, en angle mort ou lent et de nombreuses opportunités de dépassement.

« Cela a montré à quel point cela peut être un spectacle et les courses nocturnes sur le circuit et les voitures illuminées sur le Halo lui ont donné une apparence tellement cool. »

C'est un événement vraiment spécial, vraiment unique », a ajouté le pilote Maserati MSG Racing, Edoardo Mortara. « La piste est un mélange incroyable de virages et c'est très difficile car il faut oser s'approcher des murs. C'est l'un de mes endroits préférés pour courir.

« Le niveau d'adhérence varie en fonction de la course nocturne et cela se ressent clairement entre les séances. Il y a eu une très grande évolution en termes d'adhérence tout au long de cette double course, comme en témoignent les temps au tour. Au début, nous pouvons être à six ou sept secondes de retard en début de week-end. »